Châteaux hantés, mortes amoureuses et contes cruels chez Angela Carter : une filiation inédite avec Théophile Gautier

Martine HENNARD DUTHEIL DE LA ROCHÈRE

Université de Lausanne, Suisse

Résumé

Les réécritures de contes d’Angela Carter ont marqué durablement la littérature et la culture d’expression anglaise. Connue pour son style flamboyant et maniériste, Carter a souvent dû défendre son goût pour la littérature fantastique, les contes cruels, les récits gothiques, macabres et baroques, qui tranchent avec le réalisme social prôné dans les milieux féministes à cette époque. La poésie française, découverte à l’adolescence avec Baudelaire et Rimbaud, a joué un rôle déterminant dans son œuvre, et plus largement la tradition romantique européenne. Cet article met au jour une filiation littéraire inédite avec Théophile Gautier en rapprochant le conte fantastique « La Morte amoureuse » de « The Lady of the House of Love » à partir des notes de travail et de la bibliothèque de l’écrivain britannique. Dans cette variation sur la femme vampire amoureuse, Carter fait sien les thèmes favoris et les principes esthétiques chers à Gautier (la sensualité, l’érotisme, la mélancolie, la transgression, la figure de la femme fatale, l’amour et la mort) jusqu’à pasticher le style raffiné tant admiré par Baudelaire. Le conte d’artiste est donc ici sa principale source d’inspiration, même si elle se réclamera plus tard des contes populaires comme « fables de la politique de l’expérience » et critiquera le principe de « l’Art pour l’Art » dans The Sadeian Woman.

Mots clés : Angela Carter, Théophile Gautier, conte fantastique, Romantisme noir, conte d’artiste/Kunstmärchen/art tale.

Abstract : Haunted castles, amorous deaths and cruel tales in Angela Carter: an unprecedented link with Théophile Gautier

The fairy-tale rewritings by Angela Carter have had a deep impact on Anglophone literature and culture. She adopted an unfashionable mannerist style at a time when social realism was de rigueur in feminist circles, and frequently defended her tastes for fantasy, the Gothic, the macabre and the baroque. This she owed mainly to French literature, beginning with Baudelaire and Rimbaud, whose poetry awakened her vocation as a writer, as well as the Romantic literary tradition. This article brings her work into conversation with French romantic author Théophile Gautier through a comparative reading of « La Morte amoureuse » and « The Lady of the House of Love », based on her working notes and personal library. Exploring the theme of the female vampire, Carter reworks key aesthetic principles and themes (sensuality, eroticism, melancholy, transgression, the femme fatale, love and death) and appropriates Gautier’s refined style through pastiche. Although she would later reject the « Art for Art’s sake » principle in favor of popular tales as « fables of the politics of experience », « The Lady of the House of Love » can be read as a transitional text negotiating this twofold legacy.

Keywords : Angela Carter, Théophile Gautier, fantastic tale, Dark Romanticism, art tale/conte d’artiste/Kunstmärchen.

image de https://revueloiseaubleu.fr/wp-content/uploads/2024/01/cardss-001-1.jpgres-1-1.jpg

My review of 'The Lady of The House of Love' and 'The Werewolf', by Angela Carter.